Secourisme canin : « le maillon entre la victime et l’arrivée chez le vétérinaire »

Faire un pansement à son chien, ça s'apprend ! © CC Wille Ecole

Depuis 2009, Kimberley Johnson forme les particuliers au secourisme canin. Un concept fréquent aux Etats-Unis, et qu’elle a importé en France.

C’est un sentiment bien connu de tous les maîtres d’animaux : la peur que son fidèle compagnon se blesse. Pour apprendre à ne pas céder à la panique et à effectuer les bons gestes avant d’emmener l’animal chez un vétérinaire, une solution existe : se former au secourisme canin.

« L’objectif de la formation est de donner aux maîtres la possibilités d’aider l’animal si besoin, note Kimberley Johnson, formatrice à Canispirit. C’est aussi reconnaître quand il y a besoin d’aller chez le vétérinaire, et comment transporter l’animal sans dégrader son état de santé. » La professionnelle le martèle : il s’agit de gestes de premiers secours, qui ne permettent en aucun cas de se substituer au vétérinaire. « Le secouriste est un maillon entre la victime et son arrivée chez le vétérinaire. »

« Bobologie »

Pour tout ce qui relève de la « bobologie », comme des petites coupures aux pattes, Kimberley Johnson enseigne à ses élèves comment désinfecter une plaie et faire un pansement. « Lors des bagarres entre animaux, les oreilles sont souvent touchées. Et l’oreille, ça saigne énormément  ! Faire un pansement correct est important si vous ne voulez pas refaire les sièges de votre voiture… »

Le secourisme, est-ce le même que pour les humains ? Même si Kimberley Johnson reconnaît qu’il y a de nombreuses similitudes, il ne faut « pas positionner les mains aux mêmes endroits… Même si on arrête une hémorragie de la même façon ». Elle apprend à ses élèves à faire un massage cardiaque sur des mannequins, car « on ne masse jamais un coeur qui va bien ».

Votre animal s’étouffe : les bons gestes

Un petit conseil à adopter en amont de la formation ? « Si votre animal s’étouffe, si l’obstruction est totale il faut lui donner des claques dans le dos, et lui faire une compression abdominale selon son gabarit, explique Kimberley Johnson. En revanche si l’obstruction n’est pas totale, que le chien émet un léger son, qu’un peu d’air passe, il ne faut surtout rien faire et aller tout de suite chez le vétérinaire ! Des claques dans le dos pourrait déplacer  l’objet et provoquer une obstruction totale… »

Par ailleurs, la professionnelle insiste beaucoup sur la protection de la personne qui secourt l’animal : « Il est important de savoir contenir un chien, le museler avec trois fois rien pour éviter la morsure. »

Ouvert à tous à partir de 10 ans, une formation en secourisme canin de Canispirit se déroule sur une journée, au tarif de 90 euros. Les formations se déroulent dans toute la France, plus d’informations ici.

A propos Emilie Longin (229 articles)
Fondatrice et rédactrice en chef du Canard du Chien. Heureuse maîtresse d'Indy, un bouledogue français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*