Elise, 18 ans, famille d’accueil handi’chiens

Elise, famille d'accueil handi'chien. © Le Canard du Chien

C’est une jeune femme tout juste majeure que Le Canard du Chien a rencontré sur le stand de l’association Handi’chiens du salon Autonomic de Rennes, le 1er octobre dernier. A 18 ans, Elise est famille d’accueil handi’chien depuis déjà quatre ans. Témoignage.

« Jawa a 15 mois, c’est ma deuxième chienne handi’chien. J’ai commencé à être famille d’accueil à l’âge de 14 ans. Oui, ça surprend ! On peut être mineur et famille d’accueil. Je voulais un chien depuis longtemps mais il fallait réussir à convaincre mon père. J’ai un peu imposé l’idée du handi’chien, j’ai fait du forcing, ma mère aussi. Il a finalement dit : « Ok, on  va voir si tu es capable de t’occuper d’un chien pendant 18 mois. »

Elise et sa chienne Jawa. © Le Canard du Chien

Elise et sa chienne Jawa. © Le Canard du Chien

L’avantage d’être famille d’accueil c’est que nous n’avons aucun frais : l’alimentation et les soins sont payés par l’association Handi’chiens. Il faut juste se déplacer un après-midi tous les quinze jours au centre pour l’éducation du chien, et donner de son temps.

+ Lire aussi. Handi’chien : « Un pas vers l’autonomie des personnes handicapées »

J’ai dû m’arranger avec l’école pour qu’il accepte une absence le mardi après-midi une semaine sur deux. Les professeurs trouvaient ça étonnants, ou agaçants pour certains ! Il m’arrivait même d’emmener ma chienne en cours avec moi le mercredi matin.

Pour moi ce n’est vraiment pas contraignant. Et puis avoir un chien ça me faisait sortir le week-end. C’est responsabilisant, car, même à 14 ans, c’était moi le référent pour ma chienne. Ni mon père, ni ma mère. Si elle était malade en pleine nuit, c’était à moi de me lever et de m’en occuper.

Ma première chienne, Guinée, a été remise en chienne d’éveil (1). Je suis régulièrement en contact avec sa nouvelle famille, en plus ils lui ont fait une page Facebook. Pour moi c’était une satisfaction de la voir partir, ça prouve que je n’ai pas travaillé pour rien. Jawa, elle, va partir en janvier au centre pour 6 mois supplémentaire de formation, avant de rejoindre sa famille.

Je fais des études pour être éducateur canin et comportementaliste. J’avais déjà cette idée en tête plus jeune, mais elle a été confirmée en étant famille d’accueil handi’chien. »

(1) Le chien d’éveil est remis à une famille qui ont un enfant présentant un trouble mental (autisme, trisomie, repli sur soi…).

A propos Emilie Longin (233 articles)
Fondatrice et rédactrice en chef du Canard du Chien. Heureuse maîtresse d'Indy, un bouledogue français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*