L’animal, un être « doué de sensibilité » au Québec

Le Québec vient d’adopter une loi définissant l’animal comme un être « doué de sensibilité ». Elle a fait l’unanimité auprès de l’Assemblée nationale, le 4 décembre dernier.

Le ministre de l’agriculture, Pierre Paradis, espère que cette nouvelle loi va durcir la juridiction du Québec, l’une des plus laxistes en Amérique du Nord concernant le bien-être animal.

Pour de premières infractions, les amendes pourront aller de 250 à 250 000 dollars. Pour les récidivistes, cette somme serait doublée, voire triplée, et ils encourront également une peine de prison pouvant aller jusqu’à 18 mois.

 

A propos Emilie Longin (243 articles)
Fondatrice du Canard du Chien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.